Avec une superficie de 49 036 km2 (comme Midi-Pyrénées) et 5,4 millions d’habitants, c’est un des plus petits pays du continent. La distance est-ouest est de 428 km et nord-sud de 195 km. Elle a 5 voisins : République tchèque, Pologne, Ukraine, Hongrie, Autriche. La capitale: Bratislava (environ 500 000 hab.) est située à 60 km de Vienne.

Nom officiel : République slovaque 
Nature du régime : République parlementaire (depuis le 1er janvier 1993)
Président de la République : M. Andrej Kiska (depuis le 15 juin 2014)
Premier ministre : M. Robert Fico (depuis le 15 mars 2012)

 

Données géographiques

Superficie : 49 035 km² (45% de forêts) 
Capitale : Bratislava (420 000 hab., anciennement Presbourg ou Pozsony) 
Villes principales : Košice (239 000 hab.), Prešov (90 000 hab.), Žilina (81 000 hab.), Banska Bystrica (79 000 hab.), Trnava (66 000 hab.), Nitra (78 000 hab.).
Langue officielle : slovaque 
Monnaie : euro (depuis le 1er janvier 2009) 
Fête nationale : 1er septembre (Fête de la Constitution)

 

Données démographiques

Population (janvier 2014) : 5 415 949 habitants 
Densité (2014) : 111,9 hab./km² 
Croissance démographique (2013) : + 0,09% 
Espérance de vie (2013) : femmes : 80 ans, hommes : 73 ans. 
Taux d’alphabétisation : 99,6 %. 
Religions : catholique romaine (68,9%), protestante (6,9%), catholique uniate (4,1%), juive (3000 personnes, 90 000 en 1940). 
Indice de développement humain (2013) : 0,83 (37e rang ).

 

Données économiques

PIB (2014) : 75,2 Mds €
PIB par habitant (2014) : 20 797 € (19ème sur 28, moyenne UE : 27 340 €)
Salaire minimum (2015) : 380€ (France : 1 458€)

Taux de croissance (2014) : 2,4% (prévision 2015 : 2,9%)
Taux de chômage (2014) : 13,2 % 
Taux d’inflation (2014) : -0,1%
Dette publique (2014) : 53,6 % du PIB
Solde budgétaire (2014) : -2,87 % du PIB (prévision 2015 : -2,7 %)

Principaux clients (2014) : Allemagne (22%), République tchèque (12,8%), Pologne (8,3%), Hongrie (6,3%), Autriche (6,1%), France (5,1%)
Principaux fournisseurs (2014) : Allemagne (18,7%), République tchèque (16,6%), Autriche (9,2%), Russie (7,7%), Hongrie (6,1%), Pologne (6,1%)

Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB (2014) :

agriculture : 3,8 %

industrie : 34,6 %

services : 61,6 %

 

Exportations de la France vers la Slovaquie (2014) : 2,227 Mds€ (9ème fournisseur) 

Importations françaises de la Slovaquie (2014) : 3,076 Mds€ (7ème client)

Communauté française en Slovaquie (2014) : 953 Français enregistrés (2 000 estimés) 
Communauté slovaque en France : 3 000 immatriculés (20 000 estimés)

La Slovaquie et l’UE

Contribution au budget de l’UE 2013 : 0,71 Md€
Fonds européens perçus en 2013 : 2,03 Mds€ 
Bénéficiaire net en 2013 : 1,31 Md€
Principales affectations des fonds en 2013 : Politique de cohésion (1,38 Md€) et PAC (0,57 Md€).

Part des échanges commerciaux de la Slovaquie avec l’UE :

  • avec l’UE28 : 79,9% (75,2% des importations et 84,6% des exportations)
  • avec l’euro-zone : 45,2% (44,1% des importations et 46,2% des exportations)

Nombre de députés au Parlement européen : 13/751
Poids démographique au Conseil de l’UE : 1,09 %
[Nombre de voix au Conseil de l’UE selon la pondération du traité de Nice : 7/345 soit 1,99%]
Commissaire européen : M. Maroš Šefčovič, vice-président de la Commission chargé de l’Union de l’énergie.

Pic de Gerlach

Le point culminant est le Pic de Gerlach: 2655m, dans les Hautes Tatras (Carpates).La frontière sud est bordée par le DANUBE, le fleuve le plus important du pays. Il recueille 96% des eaux des rivières du territoire, pour aller se jeter dans la mer Noire.

 

 

Parmi cinq localités slovaques sur la liste de l’UNESCO figurent quatre centres urbains historiques.

- Banská Štiavnica (13 monuments culturels nationaux et 326 objets de valeurs historique).

- Vlkolínec: ce village représente le noyau urbain traditionnel le mieux préservé et le plus complexe (environ 45 objets de l’architecture populaire ont été préservés).

 - Bardejov: la cité historique et station thermale en Slovaquie de l’est.  Les bains accueillirent le tzar russe Alexandre, l’impératrice Marie-Louise, l’épouse de Napoléon, l’impératrice Elisabeth (Sissi).

- Špišský hrad: château fort (Slovaquie de l’est).C'est le plus grand d'Europe centrale.

Plus de 1300 sources minérales et thermales: ces sources sont utilisées par plus de 30 stations thermales. Le thermalisme est d’un très bon niveau et on y soigne presque toutes les maladies. La température de l’eau thermale de PODHAJSKÁ s’élève à 83°C..

La Slovaquie possède un sous-sol d’exception, sur un territoire si petit on trouve environ 4000 grottes enregistrées – désormais 12 grottes sont accessibles au public dont 2 sont inscrites sur la liste du patrimoine naturelle de l’UNESCO:

-la grotte de glace de Dobšiná se classe parmi les plus grandes de son genre en Europe.

-la grotte d’aragonite de Ochtiná est l’une des trois grottes de ce genre, les 2 autres se trouvant au Mexique et en Argentine.

-Domica, l’une des plus grandes en Europe, classée sur la liste de l’UNESCO. On peut naviguer sur les rivières souterraines sur 22 km.

Le geyser de Herlany (Slovaquie de l’est) est unique au monde. Il projette de l’eau froide depuis un profondeur de 405 m. Toutes les 32 heures, l’eau jaillit jusqu’à 20 m de hauteur.

Chateau de Bojnice

Plus de 200 châteaux forts et 1200 châteaux dispersés sur le territoire représentent une ode romantique des temps anciens. Parmi les plus visités se trouvent les châteaux fort d’Orava, de Trencín, château de Betliar et château romantique de Bojnice.

Conjoncture économique

Depuis le début des années 2000, la Slovaquie a connu un taux de croissance du PIB constant, induit notamment par son intégration dans l'Union Européenne en mai 2004. Son système de taxation est bien adapté aux besoins du commerce et la main-d’œuvre est qualifiée. Le pays jouit aussi d'une position géographique avantageuse, situé au carrefour de l'Europe Centrale. Le déficit budgétaire a longtemps été contenu, notamment grâce à des réformes structurelles majeures mises en place dans le cadre de la préparation à l'adhésion du pays à la zone Euro. La Slovaquie reste une petite économie, mais elle possède un système financier solide et offre un plate-forme de production pour l’industrie automobile et électronique européenne. Ses échanges commerciaux sont excédentaires, à hauteur de plus de 4% du PIB en 2014.

Touchée par la crise financière en 2008 et 2009, puis par la crise de la zone Euro en 2011 et en 2012, l'économie slovaque aura par la suite été portée par le retour de la demande intérieure et européenne. Membre de cette zone Euro, qu'elle a rejoint en 2009, elle aura connu une croissance de 1,6% en 2012 (l'une des plus élevés d'Europe Centrale cette année là), qui résistera ensuite avec 1,4% en 2013 puis 2,4% en 2014. La croissance devrait s'établir à 2,5% en 2015, bien au-dessus de la moyenne des 27 pays de l'UE.

 

L'inflation à diminuée sensiblement pour s'établir à -0,1% en 2014 (contre 1,5% en 2013) et le chômage aura été de 13,1% en 2014 contre 14% en 2013. L'endettement du pays aura représenté 54% du PIB en 2014. Une large part de la dette extérieure slovaque (plus de 45% en 2013) dépend de la zone euro. Seules les exportations tirent la croissance. Elles devraient rester dynamiques en 2015, mais évoluer en proportion du dynamisme économique des partenaires européens.

 

Principaux secteurs d'activité

Le secteur agricole n'a jamais été très développé en Slovaquie. Il n'a représenté que 4% du PIB en 2014. Les principaux produits agricoles du pays sont les céréales, les pommes de terre, les betteraves à sucre et le raisin. La région montagneuse de la Slovaquie dispose de vastes forêts et pâturages utilisés pour l'élevage intensif des moutons. Le pays est riche en ressources minérales, notamment le fer, le cuivre, le plomb et le zinc. La faible importance du secteur agricole reflète aussi le caractère secondaire et tertiaire de l’économie slovaque.

 

Le secteur secondaire aura représenté un tiers du PIB en 2014 (33.5%). Les secteurs d'industrie lourde tels que le métal et l'acier sont toujours dans une phase de restructuration. Les industries à haute valeur ajoutée, telles que l'électronique, l'ingénierie et la pétrochimie sont installées dans la partie occidentale du pays. Certains secteurs, tels que l'automobile et les biens de consommation, présentent des opportunités d'investissement intéressantes pour les investisseurs étrangers.

 

En 2014, le secteur des services représentait 62.5% du PIB. Il est dominé par le commerce et l'immobilier. Le développement du tourisme laisse également à penser qu'il deviendra l'un des secteurs importants de l'économie slovaque dans les années à venir. Il s'agit actuellement du secteur le plus dynamique de l’économie slovaque.

 

Commerce extérieur

La forte tradition industrielle de la Slovaquie, une fiscalité avantageuse, une main d’œuvre encore bon marché et qualifiée, des infrastructures en plein développement, dopées par un afflux de fonds européens et une croissance fragile mais réelle, font de ce pays un lieu de prédilection pour les échanges commerciaux. La croissance économique de la Slovaquie est tirée depuis 2009 par les exportations du pays. Celles-ci se sont maintenues depuis 2011. La part du commerce extérieur dans le PIB du pays reste très importante avec près de 90% du PIB en 2014, ce qui fait de la Slovaquie le pays le plus ouvert de l’Union.

 

Le pays est une plate-forme de réexportations de l’automobile européenne (la production slovaque dans ce secteur représentait en 2014 près de 40% du PIB). La crise européenne a accentué la dépendance du pays, puisqu'un tiers de ses exportations sont en direction de la zone euro. Néanmoins le retour de la demande européenne aura bénéficie au pays en 2014 et 2015 devrait être une nouvelle année positive pour les exportations.

 

Les principaux fournisseurs du pays en 2014 auront été l'Allemagne (16% des importations), la République tchèque, la Russie, la Hongrie et la Pologne.

 

Ses trois principaux clients sont l'Allemagne (22% des exportations en 2014), la République tchèque, la Pologne et l'Autriche